L’Ayurvéda et la danse des saisons.

by in BLOG 23 janvier 2019

Bonjour à tous chers lecteurs,

En ce début d’année 2021, l’envie me vient de vous parler du rythme des saisons. D’ailleurs, je l’appellerai ici La danse des saisons. Vivaldi l’avait compris, à chaque saison sa cadence, sa pulsation, son élan.

En ayurvéda, c’est une des premières « règles ». Ecouter en son fort intérieur, ce que la nature nous dévoile à chaque changement de saison. C’est l’un des points qui m’a le plus aidé, à ne plus souffrir de la bonne grosse déprime de l’automne/hiver, ou bien encore du « coup de chauffe » de l’été caniculaire. 
Cette danse si particulière, je sais maintenant qu’il est préférable de faire corps avec elle, plutôt que de se battre contre elle.

Mais alors, qui mène la danse ? 😀 Je vais tenté dans cet article de vous faire découvrir les trésors de nos belles saisons selon la pensée Ayurvédique.

Tout d’abord, il me semble important de rappeler ici, que l’Ayurvéda est une médecine ancestrale venue d’Inde. Nous aussi en Occident, nous avons des « pensées » ancestrales, nous rapprochant de la nature. Nos alleux parfois, nous en font part. L’idée générale pourra vous paraître proche de celles-ci, surtout si vous venez d’une famille proche de la Terre.

Seulement en Occident, (et un peu partout maintenant) la vie s’est énormément accélérée durant les derniers siècles, et nous avons laissé notre écoute, et notre bon sens de côté, pour se laisser aller à une autre danse, plus frénétique, plus addictive, qui nous coupe parfois complètement de cette sensation de faire parti d’un tout, de notre Univers. Et par voie de conséquence nous coupe aussi de notre univers intérieur.

A chaque saison ses éléments.

En Inde, les saisons sont divisées en 6. Le début de l’hiver, la fin de l’hiver, le Printemps, l’Eté, la saison des pluies et pour finir l’automne. 

L’Ayurvéda regroupe ensuite ces 6 saisons (Pour l’Occident, nous avons regroupés sur nos 4 saisons existantes. ) en 3 grandes « énergies », correspondant aux éléments qui dominent dans chacune d’elle et forment Les Doshas VATA, KAPHAPITTA. 

VATA = Ether et Air
Va de novembre à février. (regroupe l’automne et l’hiver) 
Ses qualités sont froides, légères, mobiles, rugueuses et sèches. Il est plus présent en automne par le vent, l’air, et en hiver par le froid.

KAPHA = Terre et Eau.
Va environ de début janvier jusqu’au milieu du Printemps. (se chevauche avec le dosha Vata à la fin de l’hiver)
Ses qualité sont lourdes, denses et humides tout en conservant les qualités froides de Vata. 

PITTA = Feu et Eau
Va de juin à fin août, début septembre. (cela dépend des températures)
Ses qualités sont chaudes, humides, légères, pénétrantes.

Evidemment, la nature est vivante, ça n’est pas une science exacte au jour près. D’une année à l’autre les saisons ne sont pas identiques.

L'influence des saisons sur nos Doshas

Il me semble important de rappeler ici que pour l’Ayurvéda, l’Homme est un microcosme dans le macrocosme de l’Univers. L’Homme, tout comme la nature a donc les 5 éléments Air, Ether, Feu, Eau, Terre en plus ou moins grande quantité présent en lui. Selon les éléments qui dominent en lui, nous allons dire que telle personne est de constitution Vata, ou Pitta, ou bien d’une double constitution Vata-Kapha par exemple. Cela veut dire que se sont ces Doshas qui prédomine chez eux à leur naissance. Chaque personne doit garder cet état de naissance, sinon on dit que les doshas sont « aggravés » : s’il y a déséquilibre, les problèmes de santé arrivent.

 

La nature étant elle aussi composée de ces éléments, nous comprenons aisément le rapport direct entre l’élément présent (en plus grande quantité) dans la nature et l’équilibre des Doshas. Plus concrètement, on dira que les conditions climatiques qui dominent dans chaque saisons peuvent avoir tendance à augmenter le Doshas qui leur correspond. Les semblables augmentent les semblables et les contraires s’équilibrent.

Par exemple : En automne, c’est le Dosha Vata qui est le plus présent, donc si je suis de constitution Vata, , je risque plus facilement de me déséquilibrer durant cette saison, qu’un profil Pitta. Ma peau et mes cheveux peuvent devenir plus secs, je peux souffrir de constipation, me sentir nerveuse ou anxieuse, manquer d’ancrage, perdre un peu de poids… 

De manière plus générale, on veillera à ce que chaque saison ne nous déséquilibre pas, au sein même de notre propre équilibre. 😉

S'équilibrer à chaque saison

Reprenons nos saisons. Pour s’équilibrer durant chaque saison, il s’agira donc de veiller à ne pas faire augmenter les qualités déjà présentes autour de nous. Ainsi, voici les conseils qui sont habituellement donnés. Il seront à ajuster en fonction de la constitution de chacun et de vos éventuels déséquilibres actuels. Si vous avez un doute, il est préférable de consulter un praticien en Ayurvéda.

 

S'équilibrer durant l'automne

Nous sortons de l’été. Les éléments air et éther vont commencer à se faire senti. Vata commence à prédominer dans notre corps et notre esprit. Durant l’automne, il sera donc important de se maintenir à l’abris du vent, de couvrir, sa tête son cou sa nuque lorsque l’on sort. De se garder au chaud si les temps sont froids. 

De manger chaud, onctueux, un peu plus lourd avec des saveurs sucrés.(Je vous vois venir ! Pas sucré comme les bonbons mais plutôt comme la carotte, la patate douce, ou le potiron 😀 ) Boire des tisanes tout au long de la journée, plutôt que des jus froids sera bénéfique. La digestion peut-être difficile, on peut souffrir de ballonnements du à l’excès d’air dans notre corps. On évitera les salades, les crudités, tout ce qui est trop froid ou trop sec. L’esprit est aussi plus agité, plus confus, du encore une fois à l’excès d’air, et d’espace. Il sera alors important de garder des temps pour méditer, ou se relaxer, se reposer, être seul, dans le silence, pour calmer l’agitation, l’anxiété et les émotions de peur. L’automne n’est pas la bonne saison pour démarrer de nouveaux projet. Les Hammans (chaud+humide) pourront être extrêmement bénéfique à cette période (contrairement au sauna) . Et tout cela d’autant plus si on est de profil Vata ou s’il y a un déséquilibre Vata. 

S'équilibrer durant l'hiver

Nous sommes pleinement dans la saison froide. La particularité de l’hiver, c’est qu’il peut être froid et sec par moment, et à d’autres être froid et humide (avec de la pluie, de la neige…) C’est pourquoi les deux Doshas Vata et Kapha sont présent à cette saison. Nous gardons donc les même tendances, que pour l’automne sur la chaleur à apporter, tant au niveau du corps que de l’alimentation, avec toutefois un bémol sur l’onctuosité, la lourdeur, et les saveurs sucrées.

Il faudra ici veiller à nos ressentis, et peut-être en connaître davantage sur notre constitution et nos déséquilibres afin de ne pas déséquilibré Kapha. Au quel cas, vous pourriez passer un hiver avec une tendance à la léthargie, une prise de poids, et à l’arrivée du Printemps, vous pourriez vous sentir « ankylosés » 😀 Si vous sentez que le dosha Kapha prend le dessus (congestion nasale ou poumons, prise de poids, léthargie…) le sauna (chaleur + sècheresse) sera très bénéfique)

S'équilibrer durant le printemps

Il est possible que nous ayons accumulé beaucoup d’onctuosité, de lenteur, durant l’hiver. Les fêtes de fin d’année, le besoin de se replier à l’intérieur… C’est d’ailleurs pour cela que l’on propose souvent des détox à ce moment là pour nettoyer notre organisme. Au Printemps, le soleil est plus chaud, et sa chaleur liquéfie Kapha et le met donc en avant. C’est la raison de tous ces rhumes, congestions, et gênes plus ou moins encombrantes, selon notre constitution et nos déséquilibres. 

Vous pourriez aussi ressentir un attachement excessif aux choses ou aux autres, et avoir du mal à sortir de votre zone de confort. Lorsqu’il est bien installé, et que nous sommes en équilibre, le Printemps est comme une renaissance. Le corps se réveille, l’esprit aussi et nous sommes en général plus posés, mieux ancrés. La nourriture doit être moins dense, moins lourdes, moins onctueuse, moins sucrés, pour laisser l’organisme s’alléger car Kapha peut être stagnant (Terre). Comme je le disais les détoxs, peuvent être envisagées notamment pour les profils Kapha. Attention, selon l’ayurvéda, les jeûn « à vide » ne sont pas tellement conseillés. Aussi, pour les profils Vata,  une détox douce est à privilégiée. Bref, on ne fait pas n’importe quoi avec les jeûnes et détox. Dans tous les cas, il est préférable d’être encadré par un professionnel. 

S'équilibrer durant l'été

En été, c’est l’élément feu qui prédomine. Durant cette période, la sécheresse (Vata) est entrain de s’accumuler dans le corps pendant qu’on évacue l’humidité de Kapha. Le soleil est fort, c’est la saison la plus chaude. Nous avons besoin d’aliments plus rafraîchissants. (Pas nécessairement froid pour ne pas éteindre notre feu digestif). 

Lorsqu’il est bien installé, et que nous sommes en équilibre, le Printemps est aussi comme une renaissance. Le corps se réveille, l’esprit aussi et nous sommes en général plus posés, mieux ancrés. La nourriture doit être moins dense, moins lourdes, moins onctueuse, moins sucrés, pour laisser l’organisme s’alléger car Kapha peut être stagnant (Terre). Comme je le disais les détoxs, peuvent être envisagées notamment pour les profils Kapha. Attention, selon l’ayurvéda, les jeûn « à vide » ne sont pas tellement conseillés. Aussi, pour les profils Vata,  une détox douce est à privilégiée. Bref, on ne fait pas n’importe quoi avec les jeûnes et détox. Dans tous les cas, il est préférable d’être encadré par un professionnel. 

Des fruits frais, des légumes juteux, des salades (si notre feu digestif est assez fort pour digérer les légumes crus, on peut de temps à autre, sinon, il est préférable de manger des légumes cuits, que nous laissons refroidir). Évitez les produits laitiers (fromages notamment qui vont créer de l’acidité dans le corps) et les épices chauffantes. Privilégiez la menthe, la coriandre… Veillez à boire suffisamment d’eau. Rapprochez-vous des lacs, rivières ou de la mer (sans faire la sardine grillée sur la plage !!!) pour apaiser le feu qui jaillit en vous et éviter la surchauffe . Surtout si vous êtes de nature Pitta ou que vous avez un déséquilibre Pitta. 

La déshydratation, la diarrhée, les vomissements, l’évanouissement, certaines fièvres, les saignements de nez et les éruptions cutanées, ou la langue en feu sont certaines des maladies évitables associées à un Pitta en excès. De même que la colère, l’irritabilité, le manque de tolérance… 

L'importance du changement de saisons

Les diverses « qualités » présentes dans chaque saison n’arrivent pas du jour au lendemain, le jour du changement de saison. Elles s’insinuent dans la nature et en nous, petit à petit. Vous comprenez alors peut-être mieux l’importance du changement de saison. (fin de la saison précédente, début de la saison suivante) C’est une période qui peut être très instable, et durant laquelle on doit être à l’écoute de ses ressentis, tant corporels que psychiques afin de  ré-ajuster notre mode de vie, au fur et à mesure.

Je vous partage mon expérience sur la danse des saisons.

Depuis que j’ai découvert l’Ayurvéda, je comprends mieux mes « états » émotionnels notamment, mais aussi physiques. Etant d’une nature avec beaucoup de Vata, l’automne/hiver a toujours été un moment pénible à passer pour moi. Je me sentais fragile, fatiguée, confuse, et peu ancrée. Maintenant, je connais les caractéristiques de cette saison, qui sont présents aussi dans ma constitution en plus grande quantité que les autres et qui vont m’amener si je n’y prête pas garde à ce type de petits déséquilibres.

Aussi, mon deuxième dosha dominant est le Dosha Pitta. 

Pour l’anecdote, une année, j’ai fait des hammams durant tout l’été… 😀 Je commençais juste à m’intéresser à l’Ayurvéda et j’avais entendu que c’était bon pour les Vata. (erreur de débutant !!! ) Pour rappel, le Hammam est chaud + humide comme le dosha Pitta (Feu + Eau). Je ne comprenais pas pourquoi cet été là, j’étais en surchauffe, avec beaucoup d’irritabilité, des éruptions cutanées… Maintenant, je le comprends mieux. En voulant prendre soin de mon dosha Vata, j’ai déséquilibré mon Dosha Pitta ! Donc maintenant, les Hammams, pour moi c’est en automne/hiver, et sans excès car j’ai du Pitta dans ma constitution. 😀 Mais ça ne sera pas forcément pareil pour mon voisin !

Vous l’aurez donc compris, désormais, à chaque changement de saison, je repense mes habitudes, mes projets, mon monde intérieur (moi=mon habitat), mes échanges avec le monde extérieur … car c’est comme cela que je peux le mieux m’adapter et rééquilibrer.

Mes petites lectures...

Ayurvéda, mon programme Automne-hiver de Sophie Benabi.

Un livre facile d’accès écrit par une jeune accompagnante en Ayurvéda, Sophie Benabi. J’ai suivi ces écrits et vidéos dès que j’ai commencé à me passionner pour l’Ayurvéda, et j’ai beaucoup appris. 

Je vous le conseille pour bien prendre soin de vous cet hiver. Il vous servira aussi pour l’automne prochain, puisque la même énergie Vata est présente en automne/hiver, accompagnée de Kapha.

Et vous alors ?

Qu’avez-vous à me dire sur les changements de saisons ? Connaissez-vous vos doshas dominants ? Quelle est la saison avec laquelle vous dansez le moins bien ?

C’est le moment de vous dire à bientôt, dans un autre Bon Jour Pour ! 😉

Noémie

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *